• facebook
  • Icone recherche

 

Empires

Huang Yong Ping
  • Empires, Huang Yong Ping, Monumenta 2016
  • Empires, Huang Yong Ping, Monumenta 2016
  • Empires, Huang Yong Ping, Monumenta 2016

Installation, tridimensionnelle, in situ
305 conteneurs métalliques standard (DRY) répartis en 8 ilôts.
Squelette de serpent : sculpture en fonderie d'aluminium (alu AS13), 254 m de long, 316 vertêbres, 586 côtes, assemblées autour d'un tubecentral et répartis sur 28 poteaux en acier.
Bicorne : réplique agrandie, 12 m de haut, du modèle originial scanné en 3D au Musée de l'Armée, Paris.
Portique de levage motorisé RTG (Rubber Type Gantry) fabriqué sur mesure pour soutenir le squelette de serpent en cinq points

 

Cette installation spécifiquement conçue pour le site du Grand Palais et totalement immersive se déploie dans toutes les dimensions du bâtiment. Paysage, allégorie, Empires répond à une ambition immense : englober les axes forts qui sont mis en l'oeuvre par l'activité humaine actuelle.

En pénétrant dans le vaisseau principal du Grand Palais, des façades de toles ondulées aux couleurs primaires délavées, estampillés de codes d'identification, bouchent tout horizon. Ce sont des parois de containers, unités standardisées qui font circuler les marchandises par mer dans le monde entier, marchandises souvent produites en Chine. Empilés ils forment des montagnes parallélépipédiques qui s'élèvent jusqu'à 17 mètres. Des travées étroites permettent de circuler entre ces blocs. On y croise des éléments monumentaux, tubes, et éléments en acier représentant des parties de squelette : vertèbres, côtes, surèlevés par endroit par un pont de levage utilisé dans les ports marchands.

Cette structure, réalisée grâce aux techniques de la sidérurugie, qui a permis la révolution industrielle, est celle des restes en parfait état d'un immense serpent qui souplement ondule entre les « montagnes » ainsi formées qu'il dépasse ou enserre de ci-de là. Il faut arriver au bord de la nef latérale gauche pour découvrir les composants hétéroclites de cet espace dans lequel nous nous sommes aventurés.

Un combat de titans se révèle : un serpent géant (monstre marin?) gueule ouverte est inextricablement mêlé aux îlots de containers sur lesquels a été posée la réplique géante, saugrenue, du bicorne de Napoléon 1er. En fait, on trouve le point d'harmonie de ce chaos en traversant la nef pour une vue en surplomb, du haut du grand escalier. Percée possible dans la perspective, qui inclue à la verrière métallique du bâtiment vers laquelle, les éléments artistiques culminent, formant une composition en rosace complexe.

Avec Empires Huang Yong Ping parvient à synthétiser un monde complexe et fragmenté et à le rendre présent matériellement et symboliquement. Avec une saisissante justesse, il réunit différentes temporalités et réussit la rencontre entre ontologie orientale ancienne et pragmatisme occidental. Il opère une allégorie contemporaine en parvenant à créer, avec des objets aussi forts que disparates, une vision d'ensemble de la puissance et des stratégies d'échanges qui passent dans le monde entier par l'économie et le pouvoir.

« Ce projet est un paysage symbolique du monde économique d'aujourd'hui », écrit Jean de Loisy, le commissaire(1). Certes, mais le projet offre aussi une traversée du temps en croisant différentes ères. Le serpent , squelette entier d'un fossile qui pourrait ressurgir après 200 millions d'années, est une des figures du bestiaire de Huang Yong Ping (2) qui lui donne de multiples significations (cf catalogue). Fait-il écho au dragon qui dans le symbolisme chinois évoque souvent les métamorphoses, être mi-eau, mi- air, et qui a aussi le pouvoir de créer le tonnerre ? Tonnerre qui renverrai au bicorne napoléonien posé en équilibre entre deux containers ? Bicorne que porte l'Empereur de France à Eylau selon le célèbre tableau d'Antoine-Jean Gros, moment où bascule la gloire conquérante de la France. 

Empire donc et non pas Nations. Huang Yong Ping, aussi inspiré par Duchamp que par Lao Tseu, se gardera bien de toute explication bavarde. 

Il affirme « Je crois à l’ouverture infinie de l’interprétation comme je ne crois à aucune interprétation. »(1)

 

Anne-Marie Morice

 

 

(1) Album de l'exposition, édition bilingue, RMN, 2016

(2) Cf le Baton Serpent, estuaire de Saint Nazaire, 2012

 

Vu à MONUMENTA 2016

Commissariat Jean de Loisy

8 mai- 18 juin 2016

Nef du Grand Palais 

Paris 75008

 

http://www.grandpalais.fr

Site de l'artiste : http://www.kamelmennour.com/fr/artistes/67/huang-yong-ping.oeuvres-et-pr...